Derniers articles

jeudi 15 juillet 2010

Et pendant ce temps-là, à Hanul

Hanul est un quartier de -Denis où vivaient depuis dix ans des Roms. La semaine dernière, pendant que partout, en france, on préparait le 14 t (ou pas) et qu'on s'intéressait (ou pas) à la coupe du monde, que le président se demandait si, en remplaçant les petits fours par des Curly, sa garden party pouvait passer...

La police a fait irruption ce matin à 6h15 dans le quartier du Hanul à Saint-Denis (93). Les habitants et leurs soutiens ont essayé de s'opposer pacifiquement à cette expulsion illégale (les habitants n'ayant jamais reçu aucune notification d'une décision judiciaire). La police a expulsé les habitants par la force et a immédiatement détruit le camp à l'aide de trois bulldozers. Les habitants ont à peine sauvé quelques-uns de leurs papiers, laissant derrière eux dix ans de leur vie. Cette expulsion s'inscrit dans la longue série orchestrée par le préfet Christian Lambert récemment nommé par N. Sarkozy en Seine-Saint-Denis.

Nous rappelons que le Hanul existe depuis 10 ans et avait fait l'objet d'une convention avec la mairie, signée en 2003 par Patrick Braouzec, alors maire de Saint-Denis. Les familles avaient respecté leurs engagements et espéraient donc naturellement le soutien de la mairie de Saint-Denis et de l'agglomération de communes de Plaine Commune. Mais toutes deux sont restées injoignables depuis plusieurs jours.

L'intégralité de l'article se trouve sur le site du MRAP. Sur ce lien.

Ma découverte matinale fait suite, comme la plupart du temps, à la lecture d'un article du blog Fini de rire de Médiapart. Après un article d'avril, où ils expliquent les mesures discriminatoires odieuses prises contre les Rom :

Les citoyens européens peuvent circuler dans les autres pays de l'Union, mais certains n'ont pas le droit d'y séjourner. Pour les nationaux bulgares et roumains, les pays adhérents plus anciens peuvent légalement refuser le séjour s'ils n'ont pas de contrat de travail. Et ceci jusqu'en 2014. Une politique discriminatoire, dénoncée par la HALDE, qui prive Roumains et Bulgares de l'accès à l'emploi dont bénéficient tous les autres citoyens européens.

Les préfets organisent donc des rafales de "retours volontaires" qui font du bien à la politique du chiffre. Avec prise d'empreintes au passage, ce qui fait du bien à la "gestion de l'immigration". Puisque, semble-t-il, cela a un sens de parler d'immigration entre pays européens...

(L'intégralité de l'article peut se lire ici.)

... Fini de rire rapportait ce matin les suites incroyablement violentes de l'expulsion :

[...] Le 8 juillet, les expulsés installent des tentes sur le parvis de la basilique. Les soutiens s'organisent autour d'eux. Vers 21h30, les CRS arrivent. Les tentes sont démontées et les Rroms s'éclipsent. Restent quelques dizaines de citoyens qui protestent contre la destruction du camp.

[...]Jeudi 8 juillet, un certain nombre d'habitants, et de militants d'associations, d'organisations politiques et syndicales (RESF, Réseau Solidarité Logement, MRAP, SUD, PCF, NPA, Alternative Libertaire…) animés par des convictions humaines et solidaires sont venus soutenir le camp de réfugiés Rroms dressé en face de la Basilique, les familles étant sans solution de relogement depuis leur expulsion et la destruction du quartier du Hanul où ils vivaient pour certains depuis près de 10 ans.

[...] Aux environs de 21h30, 13 cars de CRS et 10 voitures de police stationnaient sur la place du marché. Nous avons immédiatement interpellé la mairie afin qu'elle demande à la préfecture de renoncer à l'expulsion. Nous lui avons rappelé que les habitants du Hanul, et plus particulièrement les enfants, avaient déjà subi des violences lors de l'expulsion et la destruction du quartier du Hanul le mardi 6 au matin. Nous ne souhaitions pas revivre de telles violences. Plusieurs élus de la majorité, présents sur place ou contactés par téléphone, ne sont pas intervenus.

Aux alentours de 22h, l'opération policière a commencé.

Les familles Rroms ont tout juste eu le temps de fuir, avant que plusieurs dizaines de CRS n'encerclent un petit groupe de 23 soutiens.

Les CRS ont violemment poussé les 23 personnes dans le car, plusieurs personnes ayant pris des coups au passage. Le car a démarré. Arrivé sur la place du marché, le bus a stoppé, et les CRS se sont rués sur un jeune homme parce qu'il prenait des photos. Ils l’ont frappé et jeté dans le car, inerte. Nous avons aussitôt réclamé les pompiers, qui sont finalement venus le chercher au commissariat pour l'emmener à l'hôpital. Ce jeune homme a ensuite été placé en garde-à-vue, puis poursuivi en justice pour entrave au bon déroulement d'une opération policière. Jeudi 8 juillet, un certain nombre d'habitants, et de militants d'associations, d'organisations politiques et syndicales (RESF, Réseau Solidarité Logement, MRAP, SUD, PCF, NPA, Alternative Libertaire…) animés par des convictions humaines et solidaires sont venus soutenir le camp de réfugiés Rroms dressé en face de la Basilique, les familles étant sans solution de relogement depuis leur expulsion et la destruction du quartier du Hanul où ils vivaient pour certains depuis près de 10 ans.

L'intégralité de l'article peut se lire sur leur blog.

Ajourd'hui, l'association Parada se démène pour apporter son soutien aux Rms de Hanul. Vous pouvez trouver plus de renseignements ici.
Pour terminer, une vidéo trouvée sur leur site...

video

1 commentaire: