Derniers articles

mercredi 15 avril 2020

Changement de cap ?

... Ou simplement : évolution!
Les contrats éditoriaux signés ou en cours de signature, pour 2021 amorcent une évolution dans mes envies d'écriture et mes projets. Les romans à venir s'adressent à un public plus jeune (à partir de 10 ans) et correspondent à des thématiques - notre rapport à la nature, aux autres espèces - qui me me semblent de plus en plus essentielles à l'heure où il devient urgent d'ouvrir les yeux sur le monde et son avenir.
J'ai passé beaucoup de temps à trifouiller dans les bas-fonds de l'âme humaine, au point d'en avoir la nausée. Je ne dis pas que je n'y retournerai pas, mais pour le moment, j'ai un peu envie de changer d'air. 
Ca n'empêchera pas les autres projets : romans graphiques adulte et adolescents, romans YA ou adultes... 
Mais ces deux projets dont vous ne saurez rien de plus pour le moment me tiennent vraiment à coeur, alors je voulais en parler. 

Sinon, pour patienter pendant le confinement jusqu'à la sortie de mon prochain roman, Des Oeillets sur Antigone, aux éditions Scrinéo, vous pouvez écouter la lecture d'un extrait en cliquant sur l'image.
https://www.youtube.com/watch?v=wZ3bojS3Buo&fbclid=IwAR1CGyrFitx_tW1gPr9SqtM1U4Sx6Q2X85imwwGKmy6G0dfK5ERQ1HiST_c


Sachez également que je répondrai à vos questions à propos de ce roman auquel je tiens énormément sur Instagram, grâce à la super équipe des éditions Scrinéo, vendredi prochain! 


mardi 17 mars 2020

Ateliers d'écriture en ligne

... et j'en profite pour annoncer la création de mon nouveau site : www.charlottebousquet.fr

Rêver demain

Un sujet bateau ? Pas tant que cela. S’agit-il de rêver un nouveau monde, de le rendre possible ou de se redéfinir soi-même pour construire un meilleur avenir ? Demain, est-ce un temps qui s’étire à l’infini, une seconde avant de rouvrir les yeux, un autre mot pour avenir, un avenir proche ou lointain, ou l’envie d’être simplement ?



Avec cette thématique, je souhaite faire réfléchir et écrire petits et grands, parce que je suis convaincue que la création, qu’elle soit singulière ou plurielle, est un acte salvateur et positif en cette période étrange. 

Pour plus d'informations, tarifs, inscriptions, je vous invite à cliquer ici

dimanche 1 mars 2020

Complicités

La cérémonie des Césars, le 28 février dernier, a consacré le film d'un violeur et d'un pédophile, qui a fui les USA il y a 30 ans déjà et s'est réfugié en France. Avec le soutien, ou le silence complice,  d'une partie du milieu du cinéma. Heureusement, il y a eu Adèle Haenel, Florence Foresti, Céline Sciamma, l'équipe du Portrait de la jeune fille en feu. Avant, déjà, Aïssa Maïga avait évoqué es stéréotypes dans lesquels les acteur.ice.s - peu nombreu.x.ses - racisées étaient enfermés dans le cinéma français. 
"La honte!" a lancé Adèle Haenel, en quittant la salle, à l'annonce du lauréat du César de la meilleure réalisation. Elle a bien raison, Adèle. 
La honte, oui. 
La honte d'entendre des personnalités publiques faire comme si de rien n'était.  Ou pire, soutenir un homme qui est un VIOLEUR (et non pas un "réfugié", comme l'a dit Sara Forestier qui a regretté de ne pas être également partie). 
La honte que le cinéma français, et le jury des Césars, par son choix, valide le droit, non pas d'importuner mais d'agresser, de harceler, de violer. 
La honte que les médias parlent d'Adèle Haenel comme "représentante du féminisme"  pour justifier et réduire son geste à un simple "mouvement d'hystérie". Alors oui, Adèle est féministe. Et nous devrions toutes l'être. Ou alliés. ou peut-être juste "humain.e.s", "normaux.ales". parce qu'être resté dans cette putain de salle, se taire, c'était être complice.
Quant à défendre Polanski...
Partout, on parle d'entre soi. Comme si le petit monde du cinéma était le seul à étouffer ces affaires-là. Dans les milieux littéraires, ce n'est pas mal non plus. L'ouvrage de Vanessa Springora, Le Consentement, a révélé ce que tout le monde savait déjà - la pédophilie de Gabriel Mazneff. La complicité de nombre d'écrivain.e.s, éditeur.ice.s, jurés de prix - comme Christian Giudicelli (prix Renaudot), ou Pivot. Dans la BD, le collectif des autrices de BD contre le sexisme a publié, dès 2017, des témoignages en ligne: ICI.
Le sexisme existe dans tous les genre, polar, SFFF, jeunesse (eh oui, les hommes sont mieux payés, et si la littérature jeunesse est déconsidérée, c'est qu'elle était écrite traditionnellement par des femmes). Le harcèlement sexuel, les agressions existent également.
C'est si facile de promettre la publication d'un roman en échange d'un tour dans une chambre d'hôtel. De faire pression. D'abuser de son pouvoir, de son aura d'éditeur - ou d'auteur. 
Il est temps que ça bouge.
Il est temps que ça change.
J'espère que le moment venu, nous serons tou.te.s des Adèle Haenel. Des filles normales, des garçons normaux. Et pas des complices.