Derniers articles

vendredi 4 mai 2018

Beaux et bons (kaloi k'agathoi)

Nous vivons dans une société dominée par un modèle patriarcal et utilitariste, dans lequel priment : les chiffres, une rationalité pseudo-scientifique mais rassurante et une bonne dose de cynisme. 
Pour être crédible, il faut  :
*être  de préférence un homme (cf. écarts de salaires, différences obtenues sur les contrats, etc.) ;
*s'armer d'une logique fondée sur des raisonnements "objectifs" et de mots tels que "réformes", "austérité", "profit", "statistiques", etc. (ce qui permet de parler de "dégraissage" humain, par exemple)
* détruire, se moquer, etc. pour exister tout ce qui évoque l'émotion (faiblesse), les sentiments (sensiblerie), la compassion (niaiserie), nature (petits oiseaux gnagnagna) etc.
Même si ce modèle  vacille, notamment grâce aux réseaux sociaux , les dégâts sont là : nous passons et perdons beaucoup de temps à nous justifier et à nous excuser de ressentir - joie, peine, amour, attendrissement, etc. 
Les "bons sentiments", ce n'est pas mal. C'est plutôt beau, en fait. Et même si - là, vous voyez, par atavisme, je commence à me justifier - ça ne fait pas des nœuds au cerveau, ça n'est pas grave. 
Ce qui l'est beaucoup plus, à mon sens,  c'est de s'amputer d'une partie de soi-même au prétexte que c'est... quoi au juste ?
*une preuve de faiblesse : seules les femmes (et les enfants) pleurent (conditionnement sexiste);
* irrationnel, donc subjectif (une émotion ne serait donc pas juste, parce que ressentie ; un jugement le serait, parce qu'il serait... édicté... par une personne ?)
* un signe de mollesse (bon, là, on est chez les grecs anciens, et on nage en plein sexisme- la femme est molle, l'homme fier et guerrier, dixit Homère, Platon et les autres).
Vous voyez où je veux en venir, là ? Ben oui, au fait qu'il est grand temps de lâcher ce p... de modèle hérité du pire des Lumières et développé dans l'allégresse du code Napoléon et l'esclavage ouvrier des mines, de respirer un grand coup et d'OSER.
OSER aimer. 
OSER pleurer.
OSER ressentir - les beaux et bons sentiments (joies, peines, allégresses, etc.).

Ca, c'est prendre un vrai risque. Et c'est un véritable acte de courage.  



Un grand merci à Bertrand, qui m'a inspiré cet article. glee & cats forever!

1 commentaire: